So Long, Leonard…

 

« L’amour qui réunit les amants dans la douce étreinte d’une chambre à coucher,

L’amour qui magnifie l’existence et donne un sens à notre présence sur terre,

L’amour qui transcende et illumine le quotidien, l’amour qui console et ravage les âmes.

Leonard Cohen n’était qu’Amour. Quête de l’amour. Perte de l’amour. Perte dans l’amour.

Tout était à sa place dans les chansons de Leonard Cohen.

Il avait le sens de l’économie, de la pudeur, et de la discrétion qui est la marque de l’élégance suprême.

Du charme. De cette chose innée qu’on nomme tout simplement la classe.

La sobriété dans la peine comme dans la joie. Le salut par le chant.

La rédemption par le Verbe.


Et les deux mêlés, le chant et le verbe, le verbe et le chant, sur le fil d’une guitare fluette,

au son de chœurs montant haut vers le ciel, par l’entremise de sanglots de violons,

ensorcelaient nos cœurs, peignaient des paysages sonores, dessinaient des arabesques,

rendant palpable la pulsation même de l’amour, de l’acte amoureux. »

Laurent Sagalovitsch

Enfin…

Tant attendu…; )

***

« Hello » – Adèle

***

 

***

25 – Adèle – nov,20 – 2015

#KiyiyaVuranInsanlik

« L’Humanité échouée ».

enfant

Aylan Kurdi avait 3 ans…

La rentrée ??

Pour certains…. Pas pour tous …

Bientôt !!!!!

&

prime de risque

 

« Elle m’a tout donné,

Tout repris,

Puis, tout offert…

Au terme d’un Chemin,

Parsemés d’éclats vers la Conscience

De Soi. »

LAS

Paradise….

 

Merci pour ce moment …

 

 

« I have to do leaving,

But I won’t let that come between us.. »

Lost in Translation – Sofia Coppola

 

***

 

 

***

Paradise – Mai 2015

 

***

Tellement Vrai…

 

***

 

Image de prévisualisation YouTube

NYC

 

 

– Poème d’Arno Couturier –

 

***

 

Dans ma poche,

À l’envers tu me retournes
Ton souffle sur mon coeur
C’est tellement simple pour toi,
Un sourire et des paroles
Pour autant d’éclats dans mes pensées
Tu es la plus jolie, brune forcément,
Tu es Londres, Barcelone ou New York
Mais tu ne seras jamais Paris
Tu es dans ma poche et si loin à la fois
Je t’attends en éteignant la lumière
Je t’attends et tu me blesses encore
C’est un jeu, entre toi et moi
Une partie d’échecs, ivres et conscients
De promesses en évidences, chacun connaît sa route
Tracer des lignes sur des horizons cachés
C’est facile alors la vie prend son temps
Pour inventer des routes qui n’existent pas

Dis-moi juste qu¹on fera ce voyage
Tu conduiras le long des déserts
Moi je boirai à ta santé, bières et cocktails à volonté
De la menthe en soleil dans mon mojito brûlant
Tout cela ne me fait pas trembler
J’ai toujours l’Amérique dans les yeux
Comme une escale,
Revenir à New York te montrer la rue qui vit
Les gens qui bougent leur monde au travers des origines
On ira là où tu voudras vivre,
J’aime ma ville et celles des autres
Autant de terres que d’illusions
Des idées brisées ou des rêves vivants
Des possibles et des histoires à raconter
Le frisson indescriptible du chagrin enfin effacé
Je crois que je suis bien sûr cette route,
J’y suis paisible et je te protège
Alors nous marchons encore.

 

***

www.arnocouturier.fr

Ma route …

 

 

 

 

***

BLACK M –  Sur Ma Route

 

***

Image de prévisualisation YouTube

 

***

 

 

Sur Ma Route…

J’ai souvent trébuché.

Une Vie de Roots…;)


#Nouvelle Vie#

 

 

 

« Et si on allait à Londres ? »

« Oui. »

« Puis ….  New York ..? »

« Oui! »

 

#Nouvelle Vie

#Heureuse

 

Commentaires
Calendrier
août 2017
L Ma Me J V S D
« nov    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Powered by Lou Anne Salomé